Services


Prestation
Derniers articles parus

Crise ouverte entre écologistes et Victorin Lurel

Société
yannick roussel
 | 
Jeudi 2 août 2012 à 20:34:56

Le problème des requins à la Réunion prend une tournure politique par la prise de position de Europe Ecologie-Les Verts (EELV) contre la prise de position du ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, sur la pêche au requin à la Réunion.


Pour les écologistes, "après la cacophonie teintée de populisme orchestrée par le député-maire de Saint-Leu", "il faut raison garder et prendre le recul
nécessaire pour analyser la situation".

L'histoire commence lorsque Thierry Robert, député-maire de Saint-Leu (Réunion), a publié mardi dernier un arrêté autorisant la chasse au requin bouledogue sur sa commune. Son action a été motivé par 7 attaques de requin contre des surfeurs, dont trois mortelles, depuis janvier 2011. Suite à cela, M. Lurel est intervenu en faisant retiré l'arrêté de M. Robert, tout en rappelant ses instructions pour que "des activités de pêche aux requins bouledogues (ces derniers sont suspectés d'être à l'origine des attaques) soient effectives, y compris dans la réserve marine", sous certaines conditions.

Jean-Philippe Magnen, porte-parole d'EELV, a publié ce communiqué en réponse : "L'action du ministre de l'Outre-mer pour provoquer le retrait de l'arrêté pourrait sembler satisfaisante", mais "l'argument du ministre repose uniquement sur l'illégalité de l'arrêté municipal. Sa prise de position en faveur de la reprise de fait de la pêche aux requins, qui plus est dans la Réserve marine nationale, nous interpelle, d'autant que cela se matérialisera concrètement par une aide de l'Etat aux collectivités qui subventionneraient les pêcheurs +au kilo de viande de requin ramené+. (...) Il n'existe aucune donnée scientifique permettant d'incriminer la Réserve marine dans la recrudescence des attaques de requins" et "nul ne peut affirmer que des prélèvements massifs de requins apporteraient un surcroît durable de sécurité.
Un tel appel à la chasse sans limite n'aurait qu'un résultat assuré: mettre un peu plus en péril une espèce, reconnue comme régulatrice de la vie sous-marine".